Dillution des frontières

En ce début d'année 2006, les perturbations et turbulences dans le mondes semblent pouvoir se regrouper sous un même type de phénomènes : la dillution des frontières.

Là ou il y avait une frontière, elle s'efface discretement, laissant les systèmes délimités venir au contact les uns des autres.

Les systèmes subissent un processus d'ouverture, de fait, bousculant l'ordre des choses établi, et générant du désarroi.

Quelques exemples dans l'actualité de ce début d'année 2006 (février) :

 

  • Grippe aviaire 1 : le virus passe maintenant directement aux humains, sans subir les atténuations comme avant, de son passage de l'oiseau au cochon, puis à l'humain (la grippe "classique").
  • Grippe aviaire 2 : les oiseaux passent les frontières et transportent le virus d'un endroit à un autre.
  • Carricatures : la diffusion d'image choquantes pour les uns mets en contact des populations jusqu'alors relativement isolées. Les droits des communautés concernées entrent en conflit, au dela du territoire où ils s'appliquaient avant cette dillution de frontière.
  • Directive Bolkestein : comme pour les carricatures, le débat réside dans l'application du droit venant d'un autre endroit : le "principe du pays d'origine".
  • OPA Mittal sur Arcelor : perturbation sur le sens usuel jusqu'à présent de franchissement de la frontière entre nord et sud, et en tout cas entre type de groupes économiques.
  • Loi en france sur l'immigration : comment gérer les déplacements de population, maintenant que les frontières des états s'estompent.
  • Technologies des réseaux : Internet, téléphonie sur IP, utilisation du réseau pour diffuser les produits culturels. Les frontières entre telecom et informatique, entre informatique et culture, entre label de distribution de musique et la communauté des particuliers... s'estompent, avec toutes les perturbations que l'on connait, et l'emergence de nouvelles lois (droit d'auteurs, règlementation des télecom, ....).

La liste de tous ces évènements contient un élément central : ce qui était séparé est mis en contact.

La réactivité est forte, le besoin de communication entre des entités hétérogènes passent à un autre niveau, les systèmes ouverts tentent de renforcer leur immunité face au facteur considéré comme agressant... 

Le desarroi généré fait aussi un appel d'air extra-ordinaire pour l'établissement d'un ordre nouveau. Lié au lacher prise, il est aussi un moteur de créativité.