Moteur de créativité

L'ouverture d'un système ne se réalise pas sans des perturbations.

La turbulence qui est créée sur l'ordre établi, appelle la mise en place de nouveaux protocoles d'interaction entre les systèmes.

Le désarroi est fort, parfois immense. S'il est dépassé, alors le lacher prise sur les acquis et sur les habitudes, ouvre un espace de créativité.

On oppose usuellement les concepts :

  • Démocratie et gouvernance directive : une manière de poser l'ordre par la prise en compte du collectif, directement ou indirectement, ou sans prise en compte du collectif.
  • Libéralisme et réglementation : une manière de poser l'ordre, similaire à la démocratie, avec pour différence l'appel à une régulation par l'offre et la demande, plutot qu'un "vote du consommateur" ou "vote de l'actionnaire".
  • Droit de l'Homme et protectionnisme communautaire : un ordre global pour l'humain ou un respect des différences au niveau des communautés.

Au delà de ces oppositions de concept, l'approche de système ouvert/fermé attire l'attention sur des concepts moins politiques et plus technique en terme de systémique.

Ce sont des pistes qui me paraissent interessantes pour explorer l'espace de créativité apporté avec l'ouverture des systèmes :

  • Collectif et entité : le système, en ouvrant sa frontière, appelle la question du collectif.
  • Intérêt général et intéret particulier : l'ordre du collectif appelle la notion de l'intéret général par rapport à celui du particulier, celui du système encore fermé.
  • Coopération et exclusion : le choix se pose entre coopérer, trouver un protocole pour régir les interactions et mener des actions en commun... ou exclure et se fermer.

Ces aspects me semblent au coeur de ce qui se jouent actuellement, en 2006, dans la dillution des frontières à laquelle on assiste.

Le desarroi entraine souvent une crispation, un besoin de survie qui fait s'accrocher aux concepts connus, et surtout aux habitudes.

Cependant, si une frontière s'estompe, si on arrive à lacher prise sur ce qui est connu et habituel, alors un mouvement de créativité émerge.

Il me semble que cette année 2006, derrière les turbulences, se jouent un moment important de créativité, pour établir de nouvelles notions et de nouveaux modes de fonctionnement dans les communautés humaines et leurs interactions.

Et comme il ne s'agit pas de jeter le bébé avec l'eau du bain, de mettre au rebut ces concepts politiques, on verra probablement émerger des choses étonnantes, très nouvelles... dans une évolution majeure de ces concepts et de leur applications. 

Pour faire un peu de conjecture, on peut discerner une ligne de force : pour rapporter ces trois oppositions de concepts à une dynamique constructive et productive, il me semble que coopérer collectivement dans le sens de l'intérêt général ne pourra se faire que dans  la solidarité et la prise en compte de la diversité. C'est peut être dans cet axe là que se fera l'évolution.